Monsieur Guaino,
Je viens de lire la tribune que vous m’avez envoyée sur le Front national. Je vous remercie pour m’avoir fait partager votre analyse mais je dois vous avouer -comment dire …- une hésitation entre résignation et éclat de rire.

Je m’attendais à lire une tribune éclairée sur l’ascension du Front National et sur les conséquences que vous pourriez en tirer, que l’opposition pourrait en tirer. Surprise, ce n’est pas le vraiment le cas !

Las, vous vous complaisez dans les images éculées et vous vous contentez de reproduire les mêmes rengaines que nous sert la presse subventionnée à longueurs de colonnes.

Le passage sur la Libye est révélateur d’une myopie évolutive et catastrophique. Pour oser défendre l’intervention française en Lybie au vue du bilan de cette intervention, et pire pour oser parler d’humanisme quand on manie le canon et les bombes, il faut être doté d’un cynisme hors norme. Voyez-vous cher monsieur, quand je pense aux 5 millions de chômeurs que compte notre beau pays -malgré son beau modèle social-que-le-monde-entier-nous-envie-mais-que-personne-ne-veut-surtout-reproduire-, j’ai mal au cœur, et mon cœur va d’abord à ces chômeurs. C’est à nos pauvres que mon cœur va. A cause de cela, sans doute suis-je un abominable salaud, qui pense d’abord aux siens avant de penser aux autres. Je me console en me disant que tout le monde ne peut pas avoir votre grandeur d’âme, peut-être parce que tout le monde ne peut pas non plus vivre aux dépens de son prochain ?
Lire la suite »